Trinity Shack

nah
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vatican (Alberto Pentacosta)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Vatican (Alberto Pentacosta)   Mer 2 Sep - 20:19

Réanne sautillait presque d'impatience dans la queue qui menait à l'imposante bâtisse. Tristan et Sylvestre s'étaient cotisés pour lui offrir un voyage au Vatican, lui avaient réservé les billets pour le voyage, l'avaient munie d'un plan, et l'avait lâchée en vadrouille.
Il avait fallu que Sylvestre emploie toutes ses capacités de persuasion pour que Tristan ne change pas d'avis au dernier moment. C'était pourtant lui qui avait procuré à Réanne papiers d'identité et passeport, en échange d'une mission en Ukraine qu'ils n'avait pas voulu expliquer.

Peu importait maintenant, Réanne n'y pouvait plus rien, et après avoir passé la moitié de Rome au peigne fin pendant des jours, elle s'apprêtait à finir par le meilleur : les musées du Vatican.

Elle parvint enfin au guichet après avoir manqué tourner de l'oeil sous le soleil de plomb (heureusement qu'elle avait emmené de l'eau), et salua l'employé en italien d'un ton enthousiaste. Il la prit pour une native et entama une petite conversation qui dura jusqu'à ce que le client d'après toussote d'un air agacé, que Réanne se répande en excuses en anglais, et qu'elle file à travers les jardins vers les collections.

Elle bondit d'étage en étage, se perdit, fit demi-tour, redescendit un escalier en colimaçon qu'elle venait de gravir et se retrouva dans la galerie des portraits.

Le couloir était noir de monde, mais les couleurs vives de leurs vêtements d'été se mélangeaient à la teinte pâle et dérangeante des esprits. Pas étonnant qu'il y en ait autant ici. Certains ne devaient pas être contents de leurs représentations suspendues au mur : un trait de pinceau un peu grossier, un exploit naval oublié, les prétextes à la vexation étaient nombreux.

En atteignant la moitié du couloir, Réanne eut l'oreille attirée par le ton énergique d'un guide italien, qui était occupé à décrire dans les détails les aventures d'un des hauts personnages dépeints dans la galerie. Réanne ralentit l'allure, et finit par s'arrêter tout bonnement en marge du groupe grossissant suspendu aux lèvres de l'orateur. Elle s'efforça de retenir chaque mot, pour pouvoir aller plus tard vérifier ses dires dans un livre, peut-être à la médiathèque, ou, moins probable mais toujours possible, dans la bibliothèque hétéroclite que Tristan avait reconstituée dans son appartement.

Absorbée par l'histoire de l'employé, elle senti trop tard le bourdonnement qui lui emplissait les oreilles. Elle tourna la tête pour se retrouver nez à nez avec une des silhouettes fantômatiques qui peuplaient le couloir. Sans doute peu habitué à communiquer avec des médiums (on le comprenait), un des esprits avait tenté d'entrer en contact en usant de pouvoir et de volonté purs, plutôt qu'en profitant des dons de son interlocutrice pour lui communiquer son discours sous une forme perceptible aux sens humains classiques.

Réanne l'avait perçu trop tard et le contrecoup fut immédiat : elle eut à peine le temps d'écarquiller les yeux et de tendre une main apaisante vers l'esprit pour qu'il adopte une méthode plus douce qu'elle basculait dans l'inconscience.

Sa dernière pensée fut de l'ordre de :

"J'espère que je ne vais pas me cogner la tête comme la dernière fois."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Jeu 3 Sep - 21:56

Comme souvent lorsqu'il parcourait les couloirs du Vatican, le Père Pentacosta se replongeait dans ses souvenirs. Il les avait tellement parcouru, ces couloirs, qu'il ne prêtait plus qu'une attention distraite à ses tours et détours. Les lieux étaient tellement plus calme qu'en d'autres temps...

Il se souvenait clairement de ces mêmes tableaux assistant au passage de clercs agités, du diacre au cardinal, obnubilés par des débats féroces, les uns et les autres élevant la voix dans des salles vides alors interdites aux visiteurs. Les touristes avaient beau trouver le Vatican bruyant et encombré, ce n'était que peu de chose pour le Père, qui n'hésitait pas à couper par les couloirs les plus empruntés pour gagner du temps, aidé en cela par son vêtement. C'était toujours touchant, quelque part, de voir tous ces gens s'écarter pour céder le passage aux rares porteurs de soutanes qui quittaient le calme des portions fermées au public.

Il était presque arrivé à son bureau lorsqu'il fût confronté à l'un de ces événements impromptus qui pimentent le quotidien : un petit attroupement au détour d'un couloir, un pauvre vigile penché sur une jeune femme inanimée alors que tous les visiteurs à portée se rapprochaient, qui pour voir ce qui se passait, qui pour dire aux autres de s'écarter, avec en fond sonore le discours bien rôdé d'un guide décrivant les lieux sans se troubler le moins du monde.

La situation semblait sous contrôle, aussi le Père s'apprêtait-il à passer son chemin, un sourire au lèvre devant le burlesque de la scène. C'est alors qu'il croisa le regard du vigile et, derrière un masque de concentration, y lût un un mélange de panique et de détresse. Soupirant intérieurement, le prêtre s'approcha, dispensant quelques mots aux spectateurs qui s'éparpillèrent rapidement devant  son assurance.

- Je peux vous aider, mon fils, demanda le prêtre d'une voix douce – et basse.

- Mon Père ! Elle s'est évanouie d'un coup et … Je comprends pas, le poul est normal, elle devrait se réveiller !

Le jeune homme semblait en être à ses débuts, et vite dépassé par les évènements. Le Père en vint vite à la conclusion qui s'imposait : il lui fallait maintenant prendre les devants ou passer son chemin.

- Ne vous inquiétez pas, mon fils. Nous allons l'installer plus confortablement et vous irez chercher quelqu'un au poste de sécurité pour s'occuper d'elle. Venez...

Joignant le geste à la parole, le prêtre se baissa et, aidé du vigile, souleva la jeune femme – encore plus légère qu'elle n'y paraissait, d'ailleurs - et la transporta jusqu'à son bureau. Il savait qu'il pourrait trouver là un endroit où l'allonger : le lit de camp installé qu'il lui arrivait d'utiliser. Une fois la jeune albinos étendue sur le lit et le vigile rassuré parti chercher une trousse de secours, le Padre s'occupa de sa visiteuse surprise.

Lorsque Réanne reprit connaissance, elle était toujours étendue sur le lit de camp. Le Père Pentacosta, assit sur une chaise près du lit, tenait à la main une petite boite en métal, trouée et émettant une forte odeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Ven 4 Sep - 17:31

Réanne reprit ses sens d'un coup, brusquement, sans transition. L'odeur des sels, qu'elle connaissait bien pour en avoir croisé à des reprises trop nombreuses à son goût (et à celui de ceux qui les avaient maniés sous son nez pour la réveiller), lui agressa l'odorat assoupi par la fatigue soudaine qui avait causé son évanouissement, se mêlant au départ d'un furieux mal de crâne, hélas lui aussi bien connu de la jeune fille.

Selon ses estimations, elle en avait pour trois bonnes heures de calvaire.

La réaction la plus digne aurait été de grimacer légèrement, dans une petite moue adorable, peut-être de porter une main faible à son front, de cligner délicatement des paupières. Aurore était capable de faire preuve de cette maîtrise même dans les pires situations. Mais Réanne n'était pas comme sa grande soeur.

Sans prévenir, elle se redressa d'un bond sur le... Lit de camp ? où elle était allongée, toussant, cherchant surtout à éloigner son nez de la source de l'odeur âcre qui la prenait à la gorge. Se remettre en position verticale aussi violemment lui fit tourner la tête et elle se cramponna d'une main au bord du cadre métallique du lit pour ne pas rechuter aussi sec. Son teint devait être plus translucide que jamais, déjà qu'en temps normal...

Un peu avant que les étoiles qui dansaient devant ses yeux ne se dissipent, Réanne s'inquiéta de l'endroit où elle se trouvait et de la personne qui avait utilisé les sels en promettant un regard un peu vide autour d'elle. Elle avait probablement l'air d'une chouette réveillée par surprise au milieu du jour plus qu'autre chose, mais s'évanouir dans un couloir du Vatican paré de boiseries superbes, en pleine explication d'un guide passionnant sur la vie d'Urbain II était déjà un manque de tact et d'élégance en soi, et elle pouvait bien continuer quelques secondes sur cette voie.

Ses yeux finirent par coopérer et elle put grappiller quelques informations sur son environnement direct. Déjà, on l'avait transportée. La pièce dans laquelle elle se trouvait maintenant était plus petite (pas difficile), comportait deux portes, un bureau, le lit de camp sur lequel elle se trouvait, une bibliothèque dans le fond dont elle ne parvenait pas encore à distinguer les titres, et une chaise sur laquelle était assis un homme.

Ce dernier détail frappa un peu plus que les autres l'attention de la jeune fille (étrangement), et elle n'attendit pas d'avoir reconnu une soutane et perçu un air inquiet avant de sauter sur ses pieds.

"Oh, je me suis encore évanouie n'est-ce pas ? Je suis vraiment confuse, je ne voulais pas déranger..."

Par réflexe, elle s'était exprimée en italien, la langue qu'elle utilisait majoritairement depuis son arrivée. Ca ne lui posait pas particulièrement problème de parler une autre langue que sa langue maternelle. Par contre, décidément, le corps humain comportait trop de bouts qu'il fallait bien occuper sous peine d'avoir l'air atrocement stupide. En l'occurrence les jambes de Réanne étaient mises à la tâche pour la soutenir, et c'était déjà bien assez, mais elle ne savait pas quoi faire de ses bras, de ses mains, ou de son regard. Elle lissa d'une main anxieuse les plis de sa jupe, avant de la porter à sa tête.

La migraine se rappelait à son bon souvenir et atteindrait son plein potentiel dans quelques secondes, pour ne plus la lâcher pendant les heures à venir. Réanne grimaça.


Dernière édition par Laine Rouge le Sam 5 Sep - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Sam 5 Sep - 16:21

Comme toujours, le premier réflexe du Père fût de tendre le bras pour empêcher la jeune fille de se relever, mais il le contint bien vite. Ah, ces jeunes gens, toujours impatients. Il valait mieux les laisser faire que les prendre de vitesse, puis les aider à se calmer.

"Oh, je me suis encore évanouie n'est-ce pas ? Je suis vraiment confuse, je ne voulais pas déranger..."

Soupir intérieur. Again. Les symptômes étaient clairs : jeune, stressée, fébrile, le poids du monde sur les épaules. Et, comme souvent avec les jeunes, trop empressée à se relever. Ah, et peut-être … oui, un début de migraine. Au moins, ce n’était rien de plus grave qu’un banal évanouissement.

"Du calme ma fille, tout va bien. Vous devriez vous rassoir, ça ira mieux dans quelques minutes. Et quelqu’un va venir vous examiner pour s’assurer que vous allez bien. Vous voulez quelque chose pour la tête ?"

Spontanément,  le Père s’était levé pour soutenir la jeune fille en cas de besoin, lui parlant d’une voix calme et douce, un sourire paisible sur les lèvres. Les gens avaient souvent besoin d’être rassuré après une perte de connaissance. Surtout lorsqu’ils se réveillaient dans un lieu inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Sam 5 Sep - 16:52

Le prêtre parlait d'une voix posée, rassurante. Réanne n'eut qu'un soupçon de recul quand il se leva, un fragment de mauvais souvenir, vite mis de côté. Cet homme avait l'air vraiment gentil et soucieux d'aider. En temps normal elle aurait tout fait pour s'enfuir au plus vite pour ne pas l'ennuyer à le forcer à s'occuper d'elle, mais elle se sentait encore faible, et elle avait peur en sortant de la pièce de déboucher dans le même couloir dont elle venait, qui était encore un peu encombré. Elle aurait pu mettre ses capacités en veille, mais ça lui donnait toujours la désagréable impression de passer à côté de quelque chose.

"Heu... Si vous avez, je veux bien. Ce n'est pas la peine de m'examiner, vous savez, je vais bien, ça m'arrive parfois, ce n'est rien de grave."

... Dit-elle en continuant de se masser les tempes, alors que ses joues peinaient à reprendre des couleurs. Dieu savait (c'était le cas de le dire, se fustigea-t-elle mentalement) ce que les soignants du Vatican pourraient dénicher en tentant de découvrir la cause du malaise. Ou ce que n'importe quel médecin tout court pourrait trouver, d'ailleurs. Ce n'était pas comme si elle en visitait très souvent. Elle était d'une constitution fragile, mais hors les habituelles grippes hivernales, elle n'avait jamais été sérieusement malade. Dans tous les cas, elle préférait ne pas tenter sa chance et se soustraire à la visite médicale que semblait lui avoir programmée le prêtre.

En parlant de ça...

"Ah, heu, je m'appelle Réanne de Méliany. Enchantée."


Elle rougit légèrement. Elle aurait dû se présenter plus tôt, elle n'avait pas été très courtoise. Mais bon, la priorité de son interlocuteur n'avait visiblement pas été aux formules de politesse. Elle espérait qu'il lui pardonnerait son attitude un peu cavalière.

Comme preuve de bonne volonté, elle se rassit sur le lit et posa les mains sagement sur ses genoux tout en détaillant le nouveau décors qui s'offrait à ses yeux désormais fonctionnels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Sam 5 Sep - 19:14

Très stressée.

"Je suis le Père Alberto. Si vous voulez bien m’excuser quelques instants ?"

Sur ces mots, le prêtre se dirigea vers l’une des deux portes, qu’il ouvrit avant de passer dans ce qui ressemblait à s’y méprendre à une officine avant de manipuler divers flacons et de mettre de l’eau à chauffer.

Ces préparatifs laissèrent à Réanne le temps de détailler la pièce. Le lit de camp, fait et recouvert d’une couverture, semblait être utilisé occasionnellement. Le bureau, en revanche, devait l’être au quotidien au vu de la collection des stylos et autres accessoires qui y remplissaient des pots. Des chemises de papier kraft contenant divers dossiers était empilées sur un côté de la table, et divers objets parsemaient le bureau. Quelques pierres, plusieurs petits objets d’artisanat parmi lesquels la jeune fille reconnu une théière en alpaca, une vierge africaine et d’autres curiosités. De petits meubles de rangement, qui lui avaient tout d’abord échappé, servaient également de supports à des souvenirs de voyages.

Mais la bibliothèque attira bien plus l’attention de la convalescente. Elle contenait un nombre respectable d’ouvrages en diverses langues. Les plus représentées étaient l’italien et le latin, mais on voyait aussi des livres en espagnol, anglais et français. A première vue, le classement paraissait erratique, mais une formation complète ayant ses avantages, Réanne identifia vite un classement thématique sans concession à la langue de l’ouvrage. A propos d’ouvrages, certains semblaient vraiment anciens…

"Pardonnez-moi, ma fille", appela le Père depuis l’autre pièce, "vous n’avez pas de problèmes de cœur ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Sam 5 Sep - 19:40

Réanne sursauta, les doigts à quelques centimètres d'un des livres.

"Quoi ?! Heu... Non ? Mais... Qu'est-ce que vous allez me donner exactement ?"

Elle était allergique à deux ou trois ingrédients barbares qu'on ne retrouvait guère plus que dans quelques vieilles versions de certains médicaments, et sa question avait plutôt pour but de vérifier qu'on n'allait pas lui faire boire juste n'importe quoi. Son expérience des prêtres avait été limitée, sa malédiction la condamnant de toute façon à l'Enfer, ses parents n'avaient pas vraiment pris la peine de l'amener à la messe, mais elle doutait qu'ils soient très compétents en remèdes pour la plupart. Quand on consacrait sa vie au Seigneur, cela devait laisser peu de temps pour des études de médecine. Et ce n'était pas le genre de question qu'on posait avant d'offrir un Doliprane. Enfin, le genre si. Mais l'organe, non. C'était sur le foie et le système digestif que la plupart des antidouleurs agissaient. Qu'est-ce que ce que le prêtre préparait pouvait avoir à faire avec le coeur ?

L'interruption avait au moins fait oublier à Réanne l'élan qui l'avait poussée à saisir un des ouvrages apparemment les plus vieux de la bibliothèque, un geste inconsidéré qu'elle aurait sûrement regretté. Elle se contenta de l'examiner, lui et ses voisins, puis de se promener le long des rayonnages en attendant que le prêtre finisse sa mixture. Le classement était pratique, les livres utilisés fréquemment et précautionneusement. Entretenus, aussi, et avec art. Certaines reliures avaient été reprises de manière très discrète, en ajoutant de nouvelles décorations pour retenir les morceaux de cuir ou de papier fuyant. L'homme qui avait réuni cette collection devait beaucoup y tenir.

"... Vous avez une bibliothèque vraiment magnifique..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Dim 6 Sep - 21:13

''Une tisane, ma fille. Gingembre, miel, et une pointe de belladone.''

Tout en répondant à la question, le Père entreprit de réduire quelques racines de gingembre en poudre. L'eau commençait à bouillir lorsqu'il termina avec le gingembre ; il versa la poudre dans l'eau avant d'y ajouter une cuillère de miel, puis remua quelques instants avant de transférer le tout dans une théière. Il revenait dans le bureau, muni d'un plateau rempli, lorsque Réanne commenta sa bibliothèque.

''Je connais de bons relieurs, mais j'ai peur que vous ne trouviez rien qui vous intéresse dans ces livres ma fille.''

Déposant le plateau sur le bureau, le prêtre remplit l'une des tasses avant d'y ajouter une pincée de feuilles séchées. Se rapprochant de la bibliothèque, il apporta la tasse fumante à la jeune fille en ajoutant, son éternel sourire aux lèvres :

''Je crains que ces ouvrages n'attirent guère les jeunes esprits. Tenez, buvez ceci. La belladone n'est pas indispensable, mais elle fortifie la décoction. Si des traces de migraine persistent, je vous ferais une infusion dans quelques minutes.''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Lun 7 Sep - 18:39

Réanne décolla les yeux de la bibliothèque suffisamment longtemps pour gérer en toute sécurité le transfert de la tasse de la main du prêtre à la sienne, rougissant quand leurs doigts se frôlèrent. Elle n'était vraiment pas habituée au contact humain. Tristan n'était pas vraiment du genre câlin.

- Merci beaucoup ! Je suis sûre que ça sera très efficace.

... Elle mentait mal, tout de même. Elle vérifia d'un coup d'oeil au fond de la tasse que la belladone était bien sous forme de morceaux de feuilles et pas de baies écrasées. Pas qu'elle s'imagine qu'on allait essayer de l'empoisonner en plein Vatican, mais elle préférait vérifier, pour une raison inconnue. On ne savait jamais. Les erreurs d'inattention... Enfin, le prêtre ne devait rien avoir de très dangereux dans son officine, de toute façon. Même s'il était peu probable qu'un accident à base de gamin curieux y arrive, il n'avait sûrement pas l'usage de substances toxiques, hors petites doses thérapeutiques bien sûr...

Tout en paniquant doucement sur le contenu des flacons, elle admirait toujours les livres alignés sur les rayonnages. Ces ouvrages n'attiraient certainement pas les jeunes esprits, mais elle avait été élevée dans un manoir par un vampire vieux d'un siècle et, franchement, elle n'en était plus à une bizarrerie près. Elle pouvait aussi bien aimer les vieux livres.

Elle prit une gorgée angoissée de sa tasse, toussa une ou deux fois en faisant preuve d'une dextérité inhabituelle chez elle pour éviter d'en verser le contenu à terre, se mordit la lèvre qu'elle venait de brûler et se traita intérieurement d'idiote. Elle espérait juste avoir été suffisamment discrète pour ne pas en plus inquiéter son hôte, qui s'occupait si gentiment d'elle. Changer de sujet lui parut une alternative souhaitable, et ses yeux tombèrent au même moment sur un livre qui attira vivement son attention.

"Vous avez un exemplaire du Targoum Onkelos et des Talmud de Babylone et de Jérusalem ?! Ils sont en araméen ?"


Elle se retint de caresser la tranche desdits livres. Le relieur avait fait du bon travail, solide, sobre, élégant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Lun 7 Sep - 19:38

Ah les jeunes... Aucune confiance dans les tisanes, qui avaient pourtant prouvé leur efficacité pendant une éternité. Enfin, tant qu'elle buvait, ça lui ferait du bien. Et c'était l'important. Mais !

Le Père Alberto ouvrit la bouche pour s'excuser de la chaleur de la décoction, mais préféra se raviser. Stressée, nous disions. Et fébrile. Et polie, vue l'attention qu'elle prêtait à la bibliothèque malgré son âge.

"Vous avez un exemplaire du Targoum Onkelos et des Talmud de Babylone et de Jérusalem ?! Ils sont en araméen ?"

Alors que la jeune fille se focalisait sur les ouvrages, le Père se figea. Puis tourna calmement -trop calmement- la tête vers Réanne, cherchant ses oreilles du regard. Celles-ci étaient cependant invisibles, cachées par des cheveux blancs. Comme c'était pratique. L'albinos semblait avoir la vingtaine. Même pour l'un d'eux, ce serait surprenant de connaître l'araméen à cet âge-là. Et puis, les coïncidences arrivaient. Parfois.

Le prêtre répondit d'une voix aussi calme qu'auparavant, arborant toujours son sourire. De la pratique naît l'excellence, pour la maîtrise de soi comme pour le reste.

''Seulement le Targoun Onkelos. Les Talmud sont traduits en latin. Vous lisez l'araméen ma fille ?''


Dernière édition par Aurélien le Jeu 10 Sep - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Mar 8 Sep - 12:51

Ce livre devait être fascinant, elle aurait adoré pouvoir le lire pour comparer la traduction avec les autres versions sur lesquelles elle avait mis la main... En plus elle avait réussi à changer de sujet et...... Zut.

"Heuuu, oui, enfin, un peu, j'aime bien les langues anciennes et je suis tombée sur une méthode et..."

Ce n'était pas faux, techniquement. Le fait qu'elle panique rendait son discours peu crédible, mais elle avait vraiment trouvé un livre d'apprentissage de l'araméen dans la bibliothèque du manoir (enfin, Tristan l'avait trouvé et lui avait rapporté. C'était l'époque où il commençait à la laisser apprendre par elle-même, ayant transmis une grande partie de ses propres connaissances), et elle avait maîtrisé l'alphabet et les bases en quelques semaines. Avec un bon dictionnaire, elle se sentait capable de reprendre et de déchiffrer le Targoun Onkelos.

Que le prêtre ne lui prêterait sans doute jamais. Qu'est-ce qu'elle allait s'imaginer ? Elle avait beau s'y connaître en langues anciennes, ça ne lui donnait pas automatiquement un accès à tous les livres qui étaient rédigés dedans. Elle se remit les cheveux derrière l'oreille pour la troisième fois d'affilée, un geste nerveux dont elle ne parvenait pas à se débarrasser.

"Désolée, je..."


Pour une fois elle ne savait pas précisément pourquoi elle s'excusait. Pour avoir mis le prêtre mal à l'aise ? Il avait l'air très calme, pourtant. Peut-être que c'était juste son habituelle tendance à l'angoisse qui lui faisait imaginer des choses. Ou l'esprit qui essayait en vain de passer à travers les rainures de la porte depuis quelques instants, comme si ça représentait une quelconque difficulté quand on n'a pas d'existence matérielle. Réanne s'aperçut au même moment avec surprise que son mal de tête avait disparu.

"... Votre tisane est vraiment efficace !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Jeu 10 Sep - 18:41

Le problème avec quelqu'un de stressé, c'est qu'il est difficile de déterminer le vrai du faux dans ses paroles. Mais le visage de la jeune fille était d'une expressivité rare, si bien qu'il donnait tout de même quelques indices. Non que lesdits indices aident à éclaircir les choses, mais elle semblait dire la vérité, quoique de façon ambiguë. Et tant d'émotions passaient sur ses traits en ces quelques instants. Intérêt, soulagement, panique, nostalgie, déception, nervosité, culpabilité …

Au moins une chose était sûre : au vu de ses oreilles, cette jeune fille était tout à fait humaine. Ce qui ne rendait pas plus anodine sa connaissance de l'araméen, d'ailleurs.

"Désolée, je... Votre tisane est vraiment efficace !"


Cette remarque parvint enfin à détourner l'attention de Père sur un sujet banal. Il avait une patiente à traiter. Connaissant des langues mortes depuis des siècles, mais une patiente tout de même.

''Ah, très bien. Plus aucune douleur, même si vous regardez directement la lampe ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Ven 11 Sep - 17:13

Le changement de sujet, contre toute attente, fonctionna.

''Ah, très bien. Plus aucune douleur, même si vous regardez directement la lampe ?''

"Ah... Heu..."

Réanne essaya d'ignorer les tentatives de l'esprit d'attirer son attention à grands coups de puissance. Elle manquait peut-être un peu d'entraînement pour "éteindre" son pouvoir, parce qu'elle trouvait très difficile de le faire dans ces conditions, mais c'était aussi dû à la culpabilité qu'elle ressentait. Cette personne devait avoir vraiment besoin de son aide pour se démener ainsi, et elle ne pouvait rien faire pour elle dans l'immédiat. A quoi bon être médium dans ces cas-là ? Mais elle avait trop peur de la réaction du prêtre si elle lui expliquait et partait communiquer avec l'esprit pour savoir ce qu'il voulait et l'aider à trouver la paix.

"Je..."

Elle mit une fraction de seconde à intégrer le sens de la question de son interlocuteur encore en vie, et tourna les yeux vers la lampe, qui fit ce que font toutes les lampes quand on les regarde directement, c'est-à-dire lui cramer les yeux. De beaux restes de migraine lui remontèrent à la tête instantanément et elle poussa un léger cri en même temps qu'elle fermait fort les yeux dans un geste réflexe convulsif.

"... Non, pas encore..."

Pile au même moment, elle réussit enfin à mettre ses capacités en veille et l'esprit disparu de son champ de perception, ce qu'elle accueillit avec soulagement. Elle avait pu sentir son teint pâlir de minute en minute, et espérait que le prêtre prendrait ça pour un effet secondaire de la migraine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aurélien



Messages : 9
Date d'inscription : 02/09/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Mer 16 Sep - 20:42

Le Père Pentacosta faisait de son mieux – et c'est peu de le dire – pour rassurer la jeune fille. Après tout, il était évident qu'elle était préoccupée, voire même inquiète. Il est vrai que s'évanouir dans un couloir n'était pas chose courante, et que les lieux étaient parfois intimidants pour certaines personnes. Contrairement à lui, les visiteurs ne considéraient pas le point focal de l'église catholique comme leur foyer...

''Je …''

Soudain, le Père réalisa une chose qui l'arracha instantanément à ses pensées : les yeux des albinos étaient bien plus sensibles à la lumière ! Avant qu'il ait pu faire plus qu'ouvrir la bouche, Réanne avait déjà tourné la tête vers la lampe avant de fermer convulsivement les yeux, son cri résonnant dans la petite pièce.

''...Non, pas encore...''

Les émotions qui passèrent alors sur le visage de la jeune fille étaient quelque peu déroutantes : la douleur, c'était compréhensible, mais le soulagement par contre …
Quoiqu'il en soit, le prêtre s'empressa de s'excuser, se maudissant intérieurement pour sa maladresse.

''Pardonnez-moi ! J'avais complètement oublié. Est-ce que ça vous fait encore mal ? Vous voulez vous rasseoir ?''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laine Rouge

avatar

Messages : 65
Date d'inscription : 26/08/2015

MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   Jeu 17 Sep - 16:30

''Pardonnez-moi ! J'avais complètement oublié. Est-ce que ça vous fait encore mal ? Vous voulez vous rasseoir ?''

Oh, non ! Avec son réflexe défensif stupide face à la lumière vive de la lampe, elle avait inquiété le prêtre ! Heureusement, maintenant qu'elle avait mis entre parenthèses son don pour quelques minutes, elle se sentait mieux (ou du moins, elle cessait de se sentir de plus en plus proche d'une deuxième syncope), et elle mis toute son énergie à rassurer l'homme d'église :

"Non non non, tout va bien, ce n'est rien, j'ai juste été surprise, c'est déjà passé, je suis vraiment désolée..."


Pour faire meilleure impression (et mettre de la distance entre elle et la tentation de la bibliothèque, même si elle continuait à lorgner vers les livres magnifiques qu'elle n'osait pas toucher), elle retourna s'asseoir sur le bout du lit et adressa à son sauveur un sourire timide qu'elle voulait rassurant, mais qui ne compensait probablement pas sa petite mine même s'il l'illuminait. Elle tripotait distraitement mais nerveusement un coin de drap de la main droite, et nota au passage que le poignet de son chemisier était déchiré. Elle se rappelait vaguement d'un bruit de tissu lacéré simultané avec le début de la sensation de chute quand elle avait perdu connaissance un peu plus tôt. Quelqu'un avec de bons réflexes avait dû tenter de la rattraper. Elle jeta un coup d'oeil à l'étendue des dégâts. Quelques points de couture et une broderie au fil blanc suffiraient à camoufler l'accroc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vatican (Alberto Pentacosta)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vatican (Alberto Pentacosta)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Géopolitique du Vatican
» Worlds à Rome - Chambre d'hôtel + petit déj derrière le Vatican (Rome centre) pour 70 Euros
» Le Droit Canon de la Sainte ÉA et Romaine (doublon ?)
» Canon
» Rapport sous le règne d'Alberto de Monte Cristo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trinity Shack :: RP :: Fatras fantastique-
Sauter vers: